Le Blog

Le conflit a-t-il du bon ?

Par Thierry Noëllec, le 26/05/2015
Catégorie : Internet
TNMédiationEntre ceux qui jouent l’évitement et ceux qui font de la prévention leur arme de construction massive préférée, le conflit n’a  pas bonne presse. Et pourtant. Discussion.

Entre autres services, le site Linkedin.com propose de rejoindre des groupes en fonction de vos propres centres d’intérêt. Les groupes liés à la médiation sont assez nombreux, surtout en anglais. Le groupe Mediators Beyond Borders International est l’un des plus actifs. L’une des dernières discussions a été initiée par un  article de Susan Ingram : Can conflict be good ? 

L’article est court (l’en-tête annonce qu’il se lit en 3 :06, très précisément !) mais digne d’intérêt.

Susan Ingram commence par affirmer que, certes le conflit est souvent une épreuve difficile, mais qu’il peut avoir du bon car tout conflit offre toujours une alternative. Or le choix à opérer dépend de l’approche des protagonistes. Elle oppose ainsi la rigidité de ceux qui campent sur leurs positions à la flexibilité de ceux qui souhaitent avancer vers une solution. Elle souligne ensuite que le changement est permanent et que le seul moyen d’y faire face, est d’accompagner le changement et la croissance qu’il implique dans une stratégie gagnant/gagnant. Elle admet enfin que faire face au conflit est difficile mais que l’approche coopérative est la seule qui vaille sur le long terme, pour la résolution du conflit, pour le groupe et pour soi-même.

TNMédiationOutre l’accès à un article que l’on n’aurait pas pu trouver autrement, l’intérêt de la publication sur Linkedin, réside dans les commentaires que publient les membres du groupe sur le sujet.  Chaque membre du groupe peut y apporter sa contribution, plus ou moins développée, et constructive.

C’est ainsi que Norraine Miller présente le conflit comme une opportunité, certes, mais aussi comme un outil qui crée des tensions mais aussi du dialogue. Elle pose cette question : les conflits ont-ils une fin ou sont-ils tout simplement gérés (au long cours) ?

Pour sa part, Francis Belle pense que l’idée de base qu’un conflit est une mauvaise chose, provient de conflits précédemment mal gérés. Nous avons, selon lui, tendance à oublier la manière dont les choses sont conduites en douceur et à ne nous souvenir que des expériences douloureuses.  

Pour Michael Ambayo, le conflit nait d’une vision (imagination) qui ne voit qu’un seul côté de la situation, oubliant les alternatives possibles.

Alors que Robert Campbell met l’emphase sur le fait que, sans conflit, il n’y a ni apprentissage, ni croissance, ni développement. Le conflit est inscrit dans la biologie humaine.

Au jour où j’écris cet article, le dernier mot (provisoire) revient à Luvie de los Reyes qui affirme que le conflit est bon, et l’a toujours été. Et que ce qui n’est pas bon, c’est la manière dont le traitons.

 

…à suivre…