Le Blog

Médiation et voyage dans le temps

Par Thierry Noëllec, le 10/11/2015
Catégorie : Pratique de la Médiation

Thierry Noëllec MédiationLa médiation n’est pas un espace-temps, isolé du monde extérieur, qui flotte béatement au-dessus du champ de bataille des conflits plus ou moins acérés. Voyage.


 

Au départ, c’est hier

Au départ, c'est une histoire d'archiviste. Un archiviste que l’on s’imagine vieux, chenu, myope, calfeutré sur lui-même et ses improbables incunables, tout aussi poussiéreux que lui, comme il se doit. Mais non. Pas du tout. C’est, bien au contraire, d’un archiviste passionné dont il s’agit, habité par la joie qu’il éprouve à ramener le passé dans le présent, à le vivre au travers des documents les plus ardus, les plus abscons, les plus illisibles.

 

Au départ, c’est demain

Au départ, (l’autre départ, de l’autre côté du fil) c’est d’un auteur de science-fiction dont il s’agit. Un auteur que l’on s’imagine jeune, fou, illuminé, délirant sur les inventions les plus improbables, prenant des tangentes avec le réel  jusqu’à le tordre à sa manière afin que son monde fonctionne en toute logique, mais la sienne, pas celle du commun des mortels. Mais non. Pas du tout. C’est d’un visionnaire dont il s’agit. Un auteur, une auteure, qui analyse son monde, le comprend, le ressent, même, et qui en tire des lignes tangibles vers un futur possible, radieux ou pas, mais possible, aussi réel qu’un rêve ou qu’un cauchemar.

Entre les deux, il y a un lecteur.

Vous, moi, qui vous voulez.

Lire est toujours un acte au présent. Lire, alors que ses pensées trainent dans le passé ou qu’elles voguent vers demain, c’est rater à coup sûr, un mot, une phrase, une idée, l’auteur et le livre. Certes, l’histoire, ses personnages, ses ressorts dramatiques ou comiques, peuvent nous projeter ailleurs que dans le présent. Et c’est même sans doute tout l’intérêt de la lecture que de nous offrir à vivre autre chose de manière active. Mais cet autre présent relève de la fonction du livre, pas de l’acte de lire qui, lui, je le répète, nécessite d’être à soi, activement à soi. Contrairement à l’acte de regarder tout écran, quelle que soit sa taille, sa nature et son contenu.

Et c’est exactement la même chose pour la médiation.

La médiation se joue entièrement au présent, au présent à soi aurait pu dire Husserl.  

Le temps de la médiation est souvent compté. Disons deux heurs pour un entretien individuel, et trois pour un entretien de médiation, ça vous convient ? Parfois un peu moins, mais guère plus. Au-delà, l’envie n’y est plus. Ce qui n’est pas le cas dans le cas d’une négociation par exemple qui, elle, peut se satisfaire, voire se servir, des longueurs et des délais. Mais la médiation a besoin d’envie et de désir et celui-ci comme celle-là sont souvent fugaces dans leur intensité. Or, l’intensité du présent, justement, est la meilleure alliée de la médiation, pour autant qu’elle soit mise sur la bonne orbite, celle de la volonté de trouver un point haut de sortie.

Ce temps présent est entièrement rempli du passé et du futur.

Le passé pas si simple

Il est rempli du passé car c’est là que se trouvent les origines du conflit, bien entendu. Mais ça ne suffit pas. Encore faut-il les évoquer, que dis-je, bien plus. Encore faut-il les ramener dans le présent, en verbalisant, certes, mais aussi en en ressentant les ressorts, les implications du corps, du cœur, plus peut-être. Ce passé, parfois scellé sous la pression des personnes et des événements, doit se manifester entièrement dans le présent, c’est la clé de sa compréhension, de son dépassement.

Le futur imparfait

Il est rempli du futur car c’est là que se trouve, sinon la solution, la résolution du conflit. Bien plus qu’une projection, l’approche du futur qui se réalise en entretien de médiation relève de l’engagement, du pacte réciproquement consenti. En ce sens, ce futur est complètement présent car c’est la seule posture qui permette d’embrasser la totalité du paysage qu’offre la solution qui vient d’émaner des médiés.

Le cadeau du présent

Ni hors-temps, ni hors-sol, le champ de la médiation, ancré dans le présent, ramène le passé au présent et envisage le futur ici et maintenant.

 


 

 Thierry Noëllec MédiationBonus, qui n’a rien à voir avec ce qui précède : Un article paru sur psychologies.com, intitulé Arrêtons de fuir le conflit ! Tout un programme…